La CGT organise sa vraie fête du travail

Publié le par Union Locale Cgt de Soissons

SOISSONS (Aisne) L'union locale de la CGT organise sa fête du travail, ce mardi. Brocante, pétanque, concert, histoire et débat au programme… mais aussi présidentielle. Explication.

 

L'UNION locale de la CGT de Soissons organise, ce mardi 1er mai, sa fête du travail à l'espace Parisot. Une manifestation qui revêt cette année un habit de campagne… présidentielle. Sarah Van Treeck, responsable de la communication pour l'union locale, répond à nos questions.


l'union : Comment se prépare cette journée à l'espace Parisot ?


Sarah Van Treeck : Comme chaque année, nous avons des dépliants que nous distribuons et une campagne d'affichage pour annoncer le 1er mai. Pour la première fois, cette année, il est différent : il est axé un peu plus politique, vu les événements…


Vous parlez de l'élection présidentielle, du résultat du premier tour…


On a toujours fait de la communication autour du 1er mai mais, vu l'appel de notre secrétaire national de faire barrage à la droite au second tour, on relaie le message. Il faut changer de politique. Nous appelons les syndicats et la population à faire du 1er mai une journée de lutte et de revendications à la hauteur des enjeux actuels.


Ce sera donc la fête du vrai travail ?


On a souri quand on a entendu cela. En parlant de vrai travail, notre cher président se moque des travailleurs en général. Qui sont les vrais travailleurs ? On se pose la question, nous qui faisons le 1er mai pour fêter le travail qu'on n'a pas forcément. Est-ce que cela veut dire qu'il y a des sous-catégories de travailleurs ? À son 1er mai, à lui, on va voir qui ? Les patrons ?


Syndicalisme et politique font bon ménage ?


De plus en plus, aux permanences, quand nous recevons les salariés, ils nous parlent de politique. On est bien obligé d'en faire, de la politique, vu les mesures que Nicolas Sarkozy veut prendre. Il veut s'attaquer au code du travail.


Il faut qu'on fasse quelque chose entre les deux tours. Il y a des difficultés économiques qu'on ne peut pas renier mais on espère un vrai dialogue social avec le prochain président… si ce n'est pas la même personne.


Propos recueillis par Ludivine BLEUZÉ pour l'Union

Publié dans 1er Mai

Commenter cet article